1/ Une minute à Buenos Aires

Après avoir vu « Medianeras », un film de Gustavo Taretto, j’ai décidé de partir une année à Buenos Aires pour voir de mes propres yeux si le film correspondait à la ville qu’il dépeignait. Là-bas, pour mieux m’imprégner de l’ambiance, j’ai décidé de faire des vidéos sur des sujets variés, comme des minis documentaires. Voici la première vidéo de la série. Elle représente la première impression que je me suis faite de la ville.

2/ En été, décembre.

4/ Nino

Nino est un acrobate italio-allemand, parlant l’espagnol avec un accent d’Espagne, et travaillant au « Circo criollo », cirque créole, à Buenos Aires… Un beau mélange

6/ Les épaves

Plus l’on s’éloigne du centre touristique de Buenos Aires, plus on y rencontre des voitures abandonnées, des carcasses qui ont servi ou servent toujours. (Oui, oui elle peut encore rouler celle-là!)
Souvent, elles ont un petit papier scotché sur le pare-brise qui dit: »Le gouvernement va s’occuper d’enlever cette voiture de la chaussée. »
Mais bien souvent le temps passe, et les voitures s’accumulent.

8/ Les promeneurs de chiens

-T’en as combien, toi?
-Dix, mais d’habitude j’en ai douze parce que mon chien vient avec et qu’aujourd’hui un des chiens de Madame Perritos va chez le vétérinaire.
-Ah, voilà.

Gracias a los paseadores Rafael y Lito!
La hermosa música es del Océano Dúo: https://www.facebook.com/oceano.duo1?fref=ts

10/ Voyage aérien

Un petit moment de détente, une bouffée d’air: la traversée d’ouest en est d’Argentine, vu du dessus.

12/ Des câbles

Des câbles. Pleins de câbles. Des tonnes de câbles…

14/ Once

Once est un quartier non-touristique de Buenos Aires. On y trouve des magasins, rien que des magasins, des rues de magasins!
Ah, oui. On y trouve des gens aussi, venus de partout.
C’est un de mes quartiers préférés pour son ambiance mouvementée.
On s’ennuie jamais à Once, on y reste éveillé.

16/ Après la bataille

Une fois, lorsque l’on traversait l’Avenida de Mayo, une amie argentine m’a dit:
-Tu sens pas cette odeur particulière?
-Non, quelle odeur?
-Celle des manifestations, du bois sacré qu’on brûle, de l’encens, de la révolution… Moi ça m’arrive à chaque fois que je passe par ici.  Je sens cette odeur de la fin, quand on rentre chez nous satisfait d’avoir bien crié, et que l’on voit les traces de notre passage sur le sol.

18/ Tigre

« Tigre » est une ville touristique située à une heure de train de Buenos Aires. On s’y déplace en bateau ou à pied, un peu comme à Venise, car ce lieu regorge de cours d’eau. Un de mes endroits favoris pour prendre un bain de nature. 🙂

20/ Laveur de mur

Dans les innombrables poumons intérieurs des bâtiments travaillent des êtres ignorés: les laveurs de murs.
Cette vidéo n’a pas de musique pour que vous vous rendiez compte du bruit qui les accompagne toute la journée.

22/ Dimanche pépère

Avant, en Suisse,  j’aimais pas les dimanches. C’était nul, y’avait rien à faire à part traîner en famille. Mais maintenant que j’habite à Buenos Aires, le dimanche est devenu mon jour de la semaine préféré. Non pas parce que je ne vois plus ma famille, loin de là, mais parce que les rues sont enfin calmes, que l’on peut se balader tranquillement à notre rythme dans un silence relatif, que l’on peut enfin se ressourcer un peu.

24/ Ecrits dans la rue

Une petite vidéo des écrits qu’on peut trouver dans la rue, sur les murs, les publicités, les bouts de papier, allant du numéro qu’on vous donne à la poste aux numéros de téléphone de prostituées… Un beau mélange 🙂

3/ MACA

Le MACA (Museo A Cielo Abierto, Musée à ciel ouvert) est une école itinérante de fresques murales faites dans les quartiers défavorisés. Le plus souvent, ce groupe travaille avec des gens de ce même quartier. Ils recherchent à embellir les espaces communs et leurs donner une dimension plus conviviale.
Ces images ont été prises dans le quartier de Buenos Aires qui s’appelle la « Ciudad oculta », la ville cachée…

Plus d’infos: https://www.facebook.com/Maca-MUSEO-A-CIELO-Abierto-411442065710077/timeline

5/ Milonga

La milonga, soirée tango des argentins et surtout des touristes… Le public est varié, les jeunes comme les plus âgés se rencontrent pour danser jusqu’au petit jour sur de vieux airs qui grésillent.

sitio web: https://www.facebook.com/ElTacuari/

7/ Martín y el colectivo

Ce qui surprend, lorsqu’on habite dans cette rue du quartier de Caballito, ce sont ces bus fantômes garés sur le trottoir que Martín répare de jour comme de nuit. Il m’a laissé découvrir son quotidien le temps d’une journée…

9/ Le cimetière de Recoleta

Un cimetière particulier, charmant je dirais même.
On dirait qu’on se balade dans une ville miniature, avec ses allées toutes droites, ses carrefours,
ses rond-points, ses coins à touristes et ses coins oubliés. Parfois le défunt nous laisse presque voir sa dépouille…

11/ Cafetero

Nico, vendeur de café ambulant depuis une année, connait à peu près tout le monde à Microcentro (quartier de bureaux).
-Salut, negro! Pour toi c’est comme comme d’hab’: un café arrosé sans sucre avec deux croissants?
-Ouaip’, tu me connais trop bien, vieux.
-Ziva! Tchek.

13/ Rio de la Plata

Malgré le fait que Buenos Aires renie son fleuve, je me suis efforcée de trouver un endroit, un seul, qui soit proche de son eau.
Et finalement, je crois bien que seule une petite balade en bateau peut nous offrir ce paysage plat et paisible.

15/ Les chiens errants

Les chiens errants, il y en a partout en Argentine.
Mais contrairement à ce qu’on croit, ils sont inoffensifs, joueurs et ne demandent que des caresses. 🙂

17/ Mécaniciens à "El Bolson"

El Bolson est une petite ville touristique dans la province de Río Negro en Argentine.
Dans cette vidéo, nous nous sommes intéressé à des mécaniciens qui réparent des tondeuses à gazon et des tronçonneuses. Le propriétaire, la septantaine, est un fils d’allemand émigré durant la Seconde Guerre mondiale.

19/ Vendeurs dans la rue

Pendant une soirée d’hiver,
j’ai suivi une famille de vendeurs ambulants:
la mère, la fille, le fils , la copine du fils et un ami.
A la rencontre de ce travail commun à Buenos Aires.
-Alors les filles: T-shirts, photos ou coussins?

21/ L'architecture

Un petit à côté d’un grand, un vieux à côté d’un nouveau, les bâtiments à Buenos Aires poussent de manière difforme. Et c’est peut-être ça qui donne son charme à la ville.

« Buenos Aires crece descontrolada e imperfecta. Es una ciudad superpoblada en un país desierto. Una ciudad en la que se yerguen miles y miles de edificios. Sin ningún criterio. Al lado de uno muy alto hay uno muy bajo. Al lado de un racionalista, hay uno irracional. Al lado de uno de estilo francés, hay uno de ningún estilo. Probablemente estas irregularidades nos reflejan perfectamente. Irregularidades estéticas y éticas. Estos edificios que se suceden sin ningúna lógica demuestran una falta total de planificación. Exactamente igual a nuestra vida. La vamos haciendo sin tener la más mínima idea de cómo queremos que nos quede. Vivimos como si estuviésemos de paso en Buenos Aires. Somos los creadores de la cultura del inquilino. »
Medianeras, de Gustavo Taretto.

23/ Cartoneros

C’est bizarre de ne pas trier les déchets, et de penser que d’autres vont le faire à ta place. Bon, bien sûr tu peux trier un minimum, en mettant tout ce qui est recyclable dans une même poubelle. Mais il y a encore un bout de chemin à faire avant de pouvoir voir un argentin trier spontanément ses déchets. En attendant, les cartoneros continueront à trier les cartons, les bouteilles, les journaux pour les revendre ensuite au poids à des entreprises de recyclage.

25/ Nourriture

Les us et coutumes alimentaires en ville de Buenos Aires. (Les sachets de lait, la nourriture au poids, les pizzas, les empanadas, le submarino, et j’en passe)